Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

       prochaine      

 manifestation

 

19 juin

Fête de la Musique

19H, place Ste

Barbe, Wihr-au-Val

 


        

Harmonie

Saint-

Martin

Wihr-au-Val

115 ans de musique ensemble...

Mémoire, sentinelle de l'esprit disait Shakespeare,  mémoire qui fait du passé un présent, la mémoire, le meilleur appareil photo qui soit.  

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un
peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. »
(Ferdinand Foch)

 

Voici 114 ans d'histoire musicale à Wihr-au-Val, 115 ans d'airs du temps...

Création et premiers temps

Création et premiers temps

 

 

 

 

L'harmonie de Wihr-au-Val est née le 20 novembre 1899 de la volontée d'un groupe de 36 musiciens originaires du village. Mr Robert Zimmermann en fut le président fondateur, et Monsieur Charles Muller le premier directeur jusqu'en 1929. C'est parce qu'en 1905 on vota de nouveaux statuts que l'harmonie possède dans ses archive l'original de 1900 déposé auparavant à Colmar. En 1918 les rangs clairsemés réclamaient de nouvelles forces, les ressources étaient épuisées. Il fallu remonter la pente. Après le décès de Mr Zimmermann en 1919, le post de président fut remplacé par Mr Louis Wisson.

En 1924 la société fêta dignement ses 25 ans et l'inauguration de son premier drapeau. Celui ci fut réalisé par la société Gillet-Faller de Colmar; un côté bleu composait l'écussion de Wihr-au-Val avec le nom de la société entouré de broderies alors que le revers, rouge, comportait une lyre et des palmes brodées. Dans les années 1920 la soiété participa à de nombreu concours dans tout le département. Malgré la 1ere guerre mondiale, ce fut une période faste pour la société de musique : 7 premiers prix avec une médaille en or, et une palme en argent ornaient le drapeau.

Ci dessous, la liste des 36 membres de l'association déclarés au moment de la création le 20 novembre 1899.

Ci dessus, la lettre d'approbation et des conditions de l'Oberbezirkpräsident

Un document : la déclaration des statuts

C'est le document le plus anciens conservé dans les archives de l'harmonie : il s'agit de la déclaration des statuts de l'association déposé au bureau du greffe au tribunal de Colmar. Longtemps, on a cru le document perdu car la date la plus lisible sur la première page était 1905. Or c'est en traduisant récemment toutes les pages, même les plus difficiles, que l'on s'est apperçu que la lettre de réponse de l'Oberbezirkpräsident datait du 26 janvier 1900, soit peu de temps après la date officielle de création. En prenant compte du temps que prend l'examination des statuts par l'administration, on comprend qu'il s'agit bien là de l'original.

 

ci-dessous, quelques anciennes photos de l'harmonie saint martin. on reconnait le père de l'ancien directeur qui fut président de l'assiciation : albert zeh père.

l'Entre guerre

L'entre Guerres

 

 

De 1929 a 1931, la société connu, à l'image du village, une période difficile avec des dissensions :la direction fut reprise par Mr Schiele de Turckheim pour une courte période transitoire puis par Mr Balthazard. La société participe à toutes les cérémonies et fêtes locales dont notemment l'inauguration du drapeau des anciens combattants. En 1931 Mr Albert Zeh ( père ) fut élu présient de la société. Il avait alors la tâche d'apaiser les esprits et les remous entre les membres de la société.

Ces remous sont directement liés à la querelle entre les rouges et les noirs. les patriotes français et les curés autonomistes. L'harmonie s'est divisée, elle a exclue des membres ( 8 ) qui ont ensuite formé le "Bangala". Un épisode mémorable raconté par Joseph Statlter fait mention d'une véritable bagarre à coup de clairons en revenant d'une fête à Soultzbach, devant l'actuel bar Joe. ces tension ont été tours à tours attisés par le Curé Enz et le'instituteur Schaffner, à l'époque, les deux grandes personnalités d'un village.

 Au début des années 30, un jeune garçon nommé Albert Zeh ( fils ) allait entrer dans la société comme tireur de grosse caisse et connaître par la suite une carrière musicale tout à fait exceptionnelle. En 1935 Mr Doll Alfred reprend la direction musicale de l'ensemble. A cette époque, la société participe au concours de classement à Soultzbach les bains et obtient un 1er prix en 3e division, 2e section et accede alors à la division supérieure. Pour ce concours la dirrection était assurée par Mr josèph Huck en remplacement de Mr Doll, souffrant ce jour. au mois je juillet 1935, la société fêta dignement ses 35 ans.

En 1937 les membres de la société visitèrent Paris : ce voyage laissa de bons souvenirs c'était pour certains leur premier voyage hors de la régions.Puis vint la seconde guerre mondiale...

Le 18 juin 1940

Le 18 juin 1940, alors que les troupes d'Hitler considèrent presque déjà l'Alsace comme leur province, alors que le général de Gaulle lance son appel à la résistance depuis Londres, les Allemand ouvrent le feu sur le petit village de Wihr-au-Val. Le grand cloché de l'église est visé en premier, et c'est tout le village qui est ensuite détruit sous une pluie de bombes, provoquant un gigantesque incendie qui détruit la quasi totalité des habitations.

La salle de musique n'est pas épargnée, elle brûle avec tous les instruments. Il ne reste plus rien ormis un petit tambour qui orne encore actuellement notre salle de répétitions.

 Ecoutez Albert Zeh, ancien directeur de l'harmonie nous raconter ce jour funeste et autres anecdotes de la vie du village....

http://www.sammle.org/fr/albert-zeh

 

Pour plus de photos et d'informations sur le vieux Wihr-au-Val,

http://www.le-blog-de-pierre.fr/ 

La musique sous contrôle Nazi

La musique sous contrôle Nazi

La musique se saborde ? 

Deux lettres retrouvées dans les archives privées de l'Harmonie Saint Martin, nous laissent penser qu'après l'arrivée des Allemands en 1940, la musique s'est sabordée.

La première lettre, envoyée par le Gauleiter d'Alsace,  atteste de l’existence de la société de musique, et demande un recensement des dégâts causé durant le bombardement pour un éventuel remboursement des instruments et destructions. 

La deuxième est une lettre de relance, qui précise que les morceaux doivent être déclarés au préalable ( et passer devant la censure ), et être conforme avec la bonne musique. 
Ces deux lettres nous laissent penser que l'harmonie n'a jamais répondue et s'est sabordée pour ne pas tomber sous le joug nazi.

 A noter aussi, que le village avait été bombardé par les allemands. Les habitants avaient tout d'abord d'autres préoccupation que de jouer la musique. La salle de répétition avait été détruite. Il fallait d'abord reconstruire les habitations. les Wihriens ont vécu dans des baraques jusqu'à la reconstruction. L'Harmonie n'avait probablement pas envie non plus de jouer pour ceux qui venaient de détruire leur vie. 

 

L'épopée du drapeau

Le drapeau de la société de musique avait été inauguré en 1924, réalisé par la maison Gillet Faller  de Colmar. C'était un symbole très imortant, on y accrochait toutes les décorations et prix que recevait l'harmonie aux différents concours.

Les autorités allemandes qui avaient pris le contrôle des affaires culturelles après 1940 ordonèrent de rendre le drapeau et toutes les insignes de la société.

Monsieur Albert Zeh père refusa et eu l'idée de cacher le drapeau en le clouant sous le plancher de son domicile.

Mais les nazis avaient les moyens de faire parler les récalcitrants et ils conduisirent Monsieur Zeh à Colmar pour un interrogatoire musclé ( il sera même torturé ).

Sous la contrainte Monsieur Zeh leur signala la cachette et il du rendre le drapeaux aux autorités allemandes. Le drapeau fut remis au responsable local du parti " Ortsgruppenleiter" le 19 janvier 1941 avec ses 7 médailles.

Le drapeau était destiné aux chiffons et c'est un des ouvriers de la chiffonerie de Brumath qui, le trouvant beau, le récupéra et le garda chez lui.

A la libération, il rencontra un ouvrier qui travaillait sur le chantier de la reconstruction de Wihr-au-Val et le lui remit. celui ci le rendit au président de la société de musique et il retrouva ainsi les siens et son utilisation première. Le drapeau était en service jusqu'en 1962, date à laquelle ill fut remplacé par un nouveau modèle.

Monsieur Albert Zeh ( fils ) posant pour les 110 ans de l'harmonie  devant les deux drapeau et le tambour qui a survécu au bombardement de 1940.

Reprendre et s'endetter

Que de tristes images au sortir de la guerre : le village en ruine, la société réduite à néan, et de plus, elle a perdue un membre, Mr Tschenn, son porte drapeau.

En 1948 sous l'impulsion de la famille Zeh la société renaît.  Mr Zeh Albert ( père ) en est toujours le président et c'est sont fils Zeh Albert , alors devenu professeur au concervatoire de Colmar, qui prit à sa charge la direction de l'ensemble.  Les estimations des biens perdu s'estimaient à

979 650F.

Pour pouvoir rejouer de la musique il fallu racheter des intruments.  Pour cela, la société contracta un prêt de 180 000F auprès d'un particulier de Stosswihr, ce qui permit de faire face aux premières dépenses. Pendant l'été 1948, on déclara de nouveaux statuts et l'aventure pu ainsi continuer....

 

Les années glorieuses

Les années glorieuses 

La relève

Les années 1970 sont marqués par l'arrivée des toutes premières femmes dans les harmonies, formée dans les premières écoles de musique qui recrutent dans les écoles primaires. Des enseignants motivés comme Mr Delgrande, ou Alphonsine Zeh ( la soeur de Mr Albert Zeh ), ont su transmettre le virus aux jeunes, dont le chef actuel André Mangold. 
L'harmonie se dote de sa toute première école de musique officielle et compte en ce temps là une trentaine de jeunes. 

Aujourd'hui

Après 11 ans de présidence, Stephane Freymuth laisse la place à la toute jeune génération, formée depuis plus de dix ans au sein de l'harmonie. 

Les derniers concerts de 2014 et 2015 ont été exceptionnels, tant par la qualité musicale que par l'ambiance et l’atmosphère dans la salle.
2015 marque l'arrivée d'une première dans l'histoire de l'Harmonie, celle d'un nouveau poste de sous-chef, avec  à sa tête une jeune femme de 20 ans, Emilie MUNSCHY. 

L'actuel directeur de l'Harmonie depuis 1997, André MANGOLD,

concert de novembre 2006

Quelle musique pour demain ?

Quelle musique pour demain ?  

 

 

 

L'image de l'harmonie est dénaturée dans l'imaginaire commun. Pour certains, c'est un vieux cadre rigide, une ambiance vieux jeu, pour ne pas parler de « ringardise ». A l'heure où l'on admire les groupes de rock, où guitares électriques et batteries ont la cote, jouer de la trompette ou de la clarinette paraît désué chez les jeunes. L'harmonie est aussi décriée par ceux qui recherchent une haute qualité musicale. Entre savant et populaire, son répertoire est profanation pour les élites. L'harmonie, c'est l'affreux Prométhé, qui a volé l'art aux élites pour le donner en pâture au peuple.

 

Et pourtant, globalement, les harmonies d'Alsace se portent plutôt bien. Les enquêtes réalisées montrent qu'il y a une majorité de jeunes dans les harmonies.

Or parfois, selon les villages et les villes, selon les années, les recrues manquent quand même à l'appel.  Cela se fait surtout ressentir lorsque c'est toute une génération qui s'en va ( étude, déménagement, retraite...)

 

Le milieu associatif est plein de richesses. Les plus anciens transmettent les valeurs, les souvenirs, les traditions et le savoir faire aux jeunes, et inversement, ces derniers apportent la fraicheur et le dynamisme pour que l'harmonie se renouvelle en permanence. La fracture générationelle est recousue, et quel plaisir de jouer, de contruire des projets, et de récolter les fruits des efforts, ensemble.

par N.Mangold

professeur certifié d'Histoire-Géographie

d'après les recherches pour le Mémoire

"L'Harmonie Saint Martin de Wihr-au-Val, 1899-2015"